Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Neuvième.
•• La Civette et le Zibet.
|<      <      Page 299      >      >|
Aller à la page
La Civette* et le Zibet**.
La pluspart des Naturalistes ont cru qu’il n’y avoit qu’une espèce d’animal qui fournît le parfum qu’on appelle la Civette ; nous avons vû deux de ces animaux qui se ressemblent à la vérité par les rapports essentiels

* La Civette. Animal zibethi. Caïus apud Gesnerum, pag. 
837.
Civette. Mémoires pour servir à l’histoire des Animaux, première 
partie, page 157.
** Le Zibet, en Arabe, Zebed ou Zebet.
Animal du 
musc. Mémoires de l’Académie royale des Sciences, année 1731, page 
443.
NOTA. Les Nomenclateurs, que nous allons citer, n’ont pas distingué ces 
deux animaux, et l’on ne sait auquel des deux on doit appliquer leurs phrases, 
parce qu’elles n’exposent que des caractères qui leur sont communs à tous 
deux.
Felis zibethi. Gesner, Hist. quadrup. pag. 836. Nota. La figure que Gesner 
donne ici ne vaut rien, quoiqu’il dise qu’elle ait été faite d’après 
nature à Milan. Celle de Caïus, page 837, est bonne, et sa description 
très-bonne aussi.
Animal zibethi. Aldrov. de quadrup. digit. pag. 340.
Meles 
unguibus uniformibus. Linn. Syst. Nat. edit. IV, pag. 65. — Meles unguibus 
uniformibus, cinerea. Syst. Nat. edit. VI, pag. 6. — Zibetha. Viverra caudâ 
annulatâ, dorso cinereo nigroque undatim striato. Syst. Nat. edit. X, pag. 44. 
Nota. 1.º Que du genre du blaireau où étoit la civette dans la quatrième et 
la sixième édition, elle a passé dans celui des Viverra ; que d’abord elle 
étoit avec le blaireau seul, édit. IVe, ensuite avec le blaireau et 
l’ichneumon, édit. VIe, et qu’enfin dans la X.e édition elle ne se trouve 
plus avec le blaireau, mais avec l’ichneumon, la mouffette, le putois rayé et 
la genette. Nota. 2.º Que l’Auteur a changé l’acception reçûe du mot 
viverra dont il fait un nom générique pour cinq animaux, parmi lesquels on 
croiroit au moins devoir trouver le vrai viverra, c’est-à-dire le furet, qui 
cependant ne s’y trouve pas, et qu’il faut aller le chercher dans le genre 
des belettes, page 46. Nota. 3.º Que le blaireau qui étoit seul de son genre 
avec la civette, édition IV, et avec l’ichneumon et la civette, édition VI, 
se trouve, édition X, avec l’ours, l’ours blanc de Groenland, le louveteau 
de la baye de Hudson et le raton ou racoon d’Amérique. Je ne cite ces 
disparates de nomenclature que pour faire sentir combien ces prétendus genres 
sont arbitraires et peu fixes dans la tête même de ceux qui les 
imaginent.
Meles fasciis et maculis albis, nigris et rufescentibus 
variégata…… Civetta, la civette. Brisson, Regn. animal. pag. 276.
 
|<      <      Page 299      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.