Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Huitième.
•• Le Surmulot.
|<      <      Page 206      >      >|
Aller à la page
Le Surmulot.*
Nous donnons le nom de Surmulot à une nouvelle espèce de mulot, qui n’est connue que depuis quelques années. Aucun Naturaliste n’a parlé de cet animal, à l’exception de M. Brisson qui, le comprenant dans le genre des rats, l’a appelé rat de bois. Mais comme il diffère autant du rat que le mulot ou la souris, qui ont leurs noms propres, il doit avoir aussi un nom particulier, surmulot, comme qui diroit gros, grand mulot, auquel en effet il ressemble plus qu’au rat par la couleur et par les habitudes naturelles. Le surmulot est plus fort et plus méchant que le rat, il a le poil roux, la queue extrêmement longue et sans poil, l’épine du dos arquée comme l’écureuil, et le corps beaucoup plus épais, des moustaches comme le chat. Ce n’est que depuis neuf ou dix ans que cette espèce s’est répandue dans les environs de Paris : l’on ne sait d’où ces animaux sont venus, mais ils ont prodigieusement multiplié, et l’on n’en sera pas étonné, lorsqu’on saura qu’ils produisent ordinairement douze ou quinze petits, souvent seize, dix-sept, dix-huit, et même jusqu’à dix-neuf. Les endroits où ils ont paru pour la première fois, et où ils se sont bien-tôt fait remarquer par leurs dégâts, sont Chantilly, Marly-la-Ville et Versailles. M. le Roy, Inspecteur du {

* Rat des bois. Mus caudâ longissimâ, suprà dilute fulvus, infrà 
albicans..… Mus sylvestris. Brisson, Regn. animal. pag. 170. 
|<      <      Page 206      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.