Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Huitième.
•• Description de la Musaraigne d’eau.
|<      <      Page 65      >      >|
Aller à la page
Description de la Musaraigne d’eau.
Je trouvai il y a deux ou trois ans cette Musaraigne (pl. XI, fig. 1) qui n’avoit pas encore été observée par les Naturalistes*. Comme elle est amphibie, je l’ai appelée musaraigne d’eau pour la distinguer de la musaraigne anciennement connue. La musaraigne d’eau est plus grande que la musaraigne ; elle a le museau un peu plus gros, la queue et les jambes plus longues et plus garnies de poil. Les couleurs de la musaraigne d’eau sont aussi différentes de celles de la musaraigne, car la partie supérieure du corps, depuis le bout du museau jusqu’à la queue, est d’une couleur noirâtre, mêlée d’une teinte de brun ; et la partie inférieure a des teintes de fauve, de gris et de cendré, parce que l’extrémité des poils est fauve ou grise, et le reste de couleur cendrée jusqu’à la racine. La queue a une couleur grise ; elle est presque nue, à l’exception du côté inférieur, qui a d’un bout à l’autre un poil court et blancheâtre : les doigts ont aussi sur les côtés des poils qui ne sont pas sur ceux de la musaraigne.
[voir figure]

* Voyez les Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, année 
1756. 

© CRHST/CNRS

|<      <      Page 65      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.