Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Septième.
•• Description du Blaireau.
|<      <      Page 111      >      >|
Aller à la page
Description du Blaireau.
Le Blaireau (pl. VII.) a les oreilles et les jambes si courtes, que le ventre semble toucher la terre ; mais ce n’est qu’une fausse apparence, qui vient de la longueur du poil. Celui du corps entier, à l’exception du museau, du front et des pieds, est aussi long que le poil du ventre ; il empêche de distinguer la forme du corps, et le fait paroître beaucoup plus gros qu’il ne l’est réellement. Les oreilles sont presque entièrement cachées dans le poil, et on croiroit que la queue ne seroit composée que de longs poils épars, si on ne la touchoit pour sentir le tronçon. Le museau est alongé comme celui des chiens à museau long, tels que les mâtins, les danois, les chiens de berger, etc. et le nez du blaireau a la même forme que celui des chiens. Les yeux sont petits, et les oreilles courtes et rondes, à peu près comme celles des rats. La queue ne descend que jusqu’au talon, qui est peu éloigné de l’anus, parce que le genou est plié de façon que la cuisse et la jambe sont fort inclinées, et que leur direction est peu éloignée de la ligne horizontale. Il y a cinq doigts à chaque pied ; les ongles sont forts, et ceux des pieds de devant ont beaucoup plus de longueur que ceux des pieds de derrière. Le poil du blaireau est de trois couleurs, noir, blanc et roux ; il y a sur la tête deux bandes noires et trois blanches. L’une des blanches a douze ou quatorze lignes de largeur, et elle s’étend sur le milieu de la tête, depuis le bout du museau jusque sur le cou : de chaque côté de cette bande blanche il y en a une noire, qui a un pouce de largeur, qui commence à un demi-pouce
|<      <      Page 111      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.