Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROY. Tome Troisième.
•• Pièces d’Anatomie injectées, desséchées, etc.
|<      <      Page 133      >      >|
Aller à la page
Les dernières ramifications des vaisseaux du corps des animaux sont si fines qu’il n’est pas possible de les apercevoir, sur-tout lorsqu’après la mort ces vaisseaux sont affaissez ; cependant il importoit beaucoup aux Anatomistes de pouvoir distinguer ces petites ramifications et de les suivre jusqu’à leurs extrémités, c’étoit le seul moyen de reconnoître le cours des liquides, qui ne peut être sensible que par la direction des vaisseaux qui les contiennent ; ils ont donc cherché une manière de les rendre sensibles à l’œil, et ils ont imaginé pour cet effet de les remplir d’une liqueur colorée qui les gonfle, et qui leur donne une couleur différente de celle des parties qui les environnent, c’est cette préparation que l’on appelle injection : les Anciens ne la connoissoient pas, ils se contentoient de souffler les vaisseaux pour les distendre et pour leur donner du relief, ce n’a été que dans les derniers siècles, et sur-tout dans le dernier, que l’on a fait des injections. Cette espèce d’art a produit plusieurs découvertes dans l’économie animale, et a donné de plus une grande commodité pour les dissections, car les vaisseaux étant relâchez après la mort, comment pourroit-on les disséquer ? à peine les distingue-t-on des parties qui les environnent : quelqu’adresse, quelque légèreté que l’on ait dans la main, on ne peut pas éviter de les
|<      <      Page 133      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.