Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROY. Tome Troisième.
•• Du sens de l’Ouïe.
|<      <      Page 335      >      >|
Aller à la page
Du sens de l’Ouïe.
Comme le sens de l’ouïe a de commun avec celui de la vûe de nous donner la sensation des choses éloignées, il est sujet à des erreurs semblables, et il doit nous tromper toutes les fois que nous ne pouvons pas rectifier par le toucher les idées qu’il produit : de la même façon que le sens de la vûe ne nous donne aucune idée de la distance des objets, le sens de l’ouïe ne nous donne aucune idée de la distance des corps qui produisent le son ; un grand bruit fort éloigné et un petit bruit fort voisin produisent la même sensation, et à moins qu’on n’ait déterminé la distance par les autres sens, on ne sait point si ce qu’on a entendu est en effet un grand ou un petit bruit. Toutes les fois qu’on entend un son inconnu, on ne peut donc pas juger par ce son de la distance non plus que de la quantité d’action du corps qui le produit, mais dès que nous pouvons rapporter ce son à une unité connue, c’est-à-dire, dès que nous pouvons savoir que ce bruit est de telle ou telle espèce, nous pouvons juger alors à peu près non seulement de la distance, mais encore de la quantité
|<      <      Page 335      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.