Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROY. Tome Troisième.
•• Concrétions pierreuses.
|<      <      Page 297      >      >|
Aller à la page
Concrétions pierreuses.
La mauvaise qualité et l’altération des humeurs produisent des concrétions plus ou moins dures dans le corps des hommes et des animaux, il n’y a presqu’aucune partie qui ne soit sujette à cette sorte de maladie, aussi en a-t-on trouvé, comme le remarque Lister, dans le cerveau, dans les paupières, sous la langue, dans l’estomac, dans les intestins, dans les vésicules séminales, dans la matrice, et sur-tout dans le foie, dans la vésicule du fiel, dans les reins, dans la vessie, dans le scrotum et dans les jointures des pieds et des mains. Les concrétions sont formées par les fluides, comme toutes les autres parties solides du corps ; d’abord les liquides sont épaissis dans les obstructions, ensuite ils prennent un plus grand degré de consistance dans les squirres, enfin ils parviennent à acquerir de la dureté dans les nœuds des gouteux, etc. Dans toutes ces maladies les parties les plus grossières des fluides séjournent dans les vaisseaux, s’épaississent et se durcissent avec les solides qui les environnent, de sorte que le tout forme une masse irrégulière plus ou moins étendue et plus ou moins dure ; mais lorsque les fluides sont renfermez en assez grande quantité dans la cavité d’un viscère tel que la vessie, les reins, la vésicule du fiel, etc. le dépôt ou le résidu de la liqueur peut former une masse composée par couches additionnelles, et si cette masse est déplacée et agitée par le mouvement du corps
|<      <      Page 297      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.