Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE,AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Vingt-troisième.
•• Les Hirondelles de mer.
|<      <      Page 326      >      >|
Aller à la page
Les Hirondelles de mera.
Dans le grand nombre de noms transportés pour la plupart sans raison, des animaux de la terre à ceux de la mer, il s’en trouve quelques-uns d’assez heureusement appliqués, comme celui d’hirondelle qu’on a donné à une petite famille d’oiseaux pêcheurs qui ressemblent à nos hirondelles par leurs longues ailes et leur queue fourchue, et qui par leur vol constant à la surface des eaux, représentent assez bien sur la plaine liquide les allures des hirondelles de terre dans nos campagnes et autour de nos habitations : non moins agiles et aussi vagabondes, les hirondelles de mer rasent les eaux d’une aile rapide et enlèvent en volant les petits poissons qui sont à la surface de l’eau, comme nos hirondelles y saisissent les insectes ; ces rapports de forme et d’habitudes naturelles leur ont fait donner, avec quelque fondement, le nom d’hirondelles, malgré les différences essentielles de la forme du bec et de la conformation

a En Anglois, see swallow ; en Allemand, see schwalbe ; en Suédois, 
et dans d’autres Langues du Nord, taern, terns, stirn, d’où Turner a 
dérivé le nom de sterna, adopté par les Nomenclateurs pour distinguer ce 
genre d’oiseaux. Sur nos côtes de l’océan, les hirondelles de mer 
s’appellent goëlettes. 
|<      <      Page 326      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.