Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE,AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Vingt-troisième.
•• Le Courlis des bois. Quatrième espèce.
|<      <      Page 43      >      >|
Aller à la page
et couvert d’une peau d’un rouge-pâle, le bec et les pieds sont de cette même couleur. Ils ont, comme 
les courlis blancs, la chair et la graisse jaune : ces deux espèces d’oiseaux arrivent et repartent 
ensemble ; ils passent en hiver de la Caroline à des contrées plus méridionales, comme à la Guyane où ils 
sont nommés flammants gris.

*Le Courlis des bois. Quatrième espèce.
Cet oiseau, que les colons de Cayenne ont appelé flammant des bois, vit en effet dans les forêts le long des ruisseaux et des rivières, et il se tient loin des côtes de la mer que les autres courlis ne quittent guère ; il a aussi des mœurs différentes et ne va point en troupes, mais seulement accompagné de sa femelle ; il se pose, pour pêcher, sur les bois qui flottent dans l’eau ; il n’est pas plus grand que le courlis vert d’Europe, mais son cri est beaucoup plus fort ; tout son plumage porte une teinte de vert très-foncé, sur un fond brun sombre, qui de loin paroît noir, et qui de près offre de riches reflets bleuâtres ou verdâtres ; les ailes et le haut du cou ont la couleur et l’éclat de l’acier poli ; on voit des reflets bronzés sur le dos, et d’un lustre pourpré sur le ventre et le bas du cou ; les joues sont dénuées de plumes.

* Voyez les planches enluminées, n.º 820.
|<      <      Page 43      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.