Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• VI. Le Rollier de Paradis.
|<      <      Page 149      >      >|
Aller à la page
l’exclusion, j’ai cru devoir m’en rapporter sur cela à l’avis de M. Brisson, jusqu’à ce qu’une 
connoissance plus exacte confirme ou détruise cet arrangement provisionnel. Au reste, les couleurs de cet 
oiseau ne sont point du tout celles qui dominent ordinairement dans le plumage des rolliers. La partie 
supérieure du corps est d’un gris obscur mêlé d’une teinte de roux, et la partie inférieure d’un 
gris plus clair relevé par des marques couleur de feud.

VI. Le Rollier de Paradise.
Je place cet oiseau entre les rolliers et les oiseaux de Paradis, comme faisant la nuance entre ces deux genres, parce qu’il me paroît avoir la forme des premiers, et se rapprocher des oiseaux de Paradis par la petitesse et la situation des yeux au-dessus et fort près de la commissure des deux pièces du bec, et par l’espèce de velours naturel qui recouvre la gorge et une partie de la tête. D’ailleurs les deux longues plumes de la queue qui se trouvent quelquefois dans notre rollier d’Europe, et qui sont bien plus longues dans celui d’Angola, sont encore un trait d’analogie qui rapproche le genre du rollier de celui de l’oiseau de Paradis.

d Voyez Seba, tome I, planche 64, fig. V.
e Golden bird of 
Paradise. Edwards, planche 112. Remarquez que dans cette figure les grandes 
pennes de l’aile manquent, et que les pieds et les jambes ont été suppléés 
par M. Edwards, le sujet qu’il a dessiné en étant absolument privé. M. 
Linnæus en a fait sa 5.e espèce de Coracias, genre 49 ; et M. Brisson son 31.e 
troupiale, tome IV, p. 37.
 
|<      <      Page 149      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.