Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• VI. Le Garlu ou le Geai à ventre jaune de Cayenne.
|<      <      Page 119      >      >|
Aller à la page
donne un air moins lourd et une forme plus développée.
On peut lui trouver encore d’autres différences, 
principalement dans le plumage : le gris, le blanc, le noir et différentes nuances de violet, font toute la 
variété de ses couleurs ; le gris sur le bec, les pieds et les ongles ; le noir sur le front, les côtés de 
la tête et la gorge ; le blanc autour des yeux, sur le sommet de la tête et le chignon jusqu’à la 
naissance du cou, et encore sur toute la partie inférieure du corps ; le violet, plus clair sur le dos et les 
ailes, plus foncé sur la queue ; celle-ci est terminée de blanc et composée de douze pennes dont les deux 
du milieu sont un peu plus longues que les latérales.
Les petites plumes noires qu’il a sur le front, sont 
courtes et peu flexibles ; une partie se dirigeant en avant, recouvre les narines, l’autre partie se 
relevant en arrière, forme une sorte de toupet hérissé.

VI. Le Garlu ou le Geai à ventre jaune de Cayenne*.
C’est celui de tous les geais qui a les ailes les plus courtes, et qu’on peut le moins soupçonner d’avoir fait le trajet des mers qui séparent les deux Continens, d’autant moins qu’il se tient dans les pays chauds. Il a les pieds courts et menus, et la physionomie caractérisée. Je n’ai rien à ajouter, quant aux couleurs, à ce que la

* Voyez les Planches enluminées, n.º 249.
|<      <      Page 119      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.