Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• VI. Le Balicase des Philippines.
|<      <      Page 83      >      >|
Aller à la page
droites, courtes, serrées et très-douces au toucher : ces plumes deviennent plus rares sous le cou, et bien 
plus encore sur ses côtés et à sa partie postérieure.
Le colnud est à peu-près de la grosseur de nos 
choucas, et on peut ajouter qu’il porte leur livrée, car tout son plumage est noir, à l’exception de 
quelques-unes des couvertures et des pennes de l’aile, qui sont d’un gris blanchâtre.
A voir les pieds de 
celui que j’ai observé, on jugeroit que le doigt postérieur a été tourné par force en arrière ; mais 
que naturellement et de lui-même, il se tourne en avant, comme dans les martinets. J’ai même remarqué 
qu’il étoit lié par une membrane avec le doigt intérieur de chaque pied. C’est une espèce 
nouvelle.

VI. *Le Balicase des Philippines.
Je répugne à donner à cet oiseau étranger le nom de choucas, parce qu’il est aisé de voir par la description même de M. Brisson, qu’il diffère des choucas à plusieurs égards. Il n’a que quinze à seize pouces de vol et n’est guère plus gros qu’un merle ; il a le bec plus gros et plus long à proportion que tous les choucas de notre Europe, les pieds plus grêles et la queue fourchue ; enfin, au lieu de

* Voyez les Planches enluminées, n.º 603.
|<      <      Page 83      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.