Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• V. Le Pimalot. VI. L’Étourneau des terres Magellaniques ou le Blancheraie.
|<      <      Page 196      >      >|
Aller à la page
cacastol est à peu-près de la grosseur de l’étourneau, il a la tête petite comme lui, et n’est pas un 
meilleur manger ; enfin il se tient dans les pays tempérés et les pays chauds. Il est vrai qu’il chante 
mal, mais nous avons vu que le ramage naturel de l’étourneau d’Europe n’étoit pas fort agréable, et 
il est à présumer que s’il passoit en Amérique où presque tous les oiseaux chantent mal, il chanteroit 
bien-tôt tout aussi mal, par la facilité qu’il a d’apprendre, c’est-à-dire, d’imiter le chant 
d’autrui.

V. Le Pimalotg.
Le bec large de cet oiseau pourroit faire douter qu’il appartint au genre de l’étourneau : mais s’il étoit vrai, comme le dit Fernandez, qu’il eût la nature et les mœurs des autres étourneaux, on ne pourroit s’empêcher de le regarder comme une espèce analogue, d’autant plus qu’il se tient ordinairement sur les côtes de la mer du sud, apparemment parmi les plantes aquatiques, de même que notre étourneau d’Europe se plaît dans les roseaux comme nous avons vu. Le pimalot est un peu plus gros.
VI. *L’Étourneau des terres Magellaniques ou le Blancheraie.
Je donne à cette espèce nouvelle, apportée par M. de Bougainville, le nom de blanche-raie, à cause d’une

g Mot formé du nom Mexicain de cet oiseau Pitzmalotl.
* Voyez les 
Planches enluminées, n.º 113.
 
|<      <      Page 196      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.