Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• Oiseaux étrangers qui ont rapport à l’Étourneau. I. L’Étourneau du cap de Bonne-espérance ou l’Étourneau-Pie.
|<      <      Page 191      >      >|
Aller à la page
Oiseaux étrangers qui ont rapport à l’Étourneau. I. L’Étourneau du cap de Bonne-espérance ou l’Étourneau-Pie.*
J’ai donné à cet oiseau d’Afrique le nom d’Étourneaupie, parce qu’il m’a paru avoir plus de rapports, quant à sa forme totale, avec notre étourneau, qu’avec aucune autre espèce, et parce que le noir et le blanc qui sont les seules couleurs de son plumage, y sont distribuées à peu près comme dans le plumage de la pie. S’il n’avoit pas le bec plus gros et plus long que notre étourneau d’Europe, on pourroit le regarder comme uné de ses variétés, d’autant plus que notre étourneau se retrouve au cap de Bonne-espérance ; cette variété se rapporteroit naturellement à celle dont j’ai fait mention ci-dessus, et où le noir et le blanc sont distribués par grandes taches. La plus remarquable et celle qui caractérise le plus la physionomie de cet oiseau, c’est une tache blanche fort grande, de forme ronde, située de chaque côté de la tête, sur laquelle l’œil paroît placé presqu’en entier, et qui se prolongeant en pointe par-devant jusqu’à la base du bec, a par-derrière une espèce d’appendice variée de noir qui descend le long du cou.

* Voyez les Planches enluminées, n.º 280.
|<      <      Page 191      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.