Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• Les Troupiales.
|<      <      Page 198      >      >|
Aller à la page
Les Troupiales.
Ces oiseaux ont, comme je viens de dire, beaucoup de rapports avec nos étourneaux d’Europe, et ce qui le prouve, c’est que souvent le Peuple et les Naturalistes ont confondu ces deux genres et ont donné le nom d’étourneau à plus d’un troupiale ; ceux-ci pourroient donc être regardés à bien des égards comme les représentans de nos étourneaux en Amérique, concurremment avec les étourneaux Américains dont je viens de parler, quoique cependant ils aient des habitudes très-différentes, ne fût-ce que dans la manière de construire leurs nids. Le nouveau continent est la vraie patrie, la patrie originaire des troupiales et de tous les autres oiseaux qu’on a rapportés à ce genre, tels que les cassiques, les baltimores et les carouges ; et si l’on en cite quelques-uns, soi-disant de l’ancien continent, c’est parce qu’ils y avoient été transportés originairement d’Amérique ; tels sont probablement le troupiale du Sénégal, appelé cap-more, et représenté dans nos Planches enluminées, à deux âges différens sous les n.os 375 et 376 ; le carouge du cap de Bonne-espérance, Planche 607, et tous les prétendus troupiales de Madras auxquels on a donné ce nom sans les avoir bien connus. Je retrancherai donc du genre des troupiales, 1.º les quatre espèces venant de Madras, et que M. Brisson a
|<      <      Page 198      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.