Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• Le Rolle de la Chine.
|<      <      Page 132      >      >|
Aller à la page
Le Rolle de la Chine*.
Il est vrai que cet oiseau a les narines découvertes comme les rolliers, et le bec fait à peu-près comme eux ; mais ces traits de ressemblance sont-ils assez décisifs pour qu’on ait dû le ranger parmi les rolliers ? et ne sont-ils pas contre-balancés par des différences plus considérables et plus multipliées, soit dans les dimensions des pieds que le rolle de la Chine a plus longs, soit dans les dimensions des ailes qu’il a plus courtes, et composées d’ailleurs d’un moindre nombre de pennes, et de pennes autrement proportionnéesa ; soit dans la forme de la queue qu’il a étagée ; soit enfin dans la forme de sa huppe qui est une véritable huppe de geai, et tout-à-fait semblable à celle du geai bleu de Canada ? C’est d’après ces différences et sur-tout celle de la longueur des ailes dont l’influence ne doit pas être médiocre sur les habitudes d’un oiseau, que je me suis cru en droit de séparer des rolliers le rolle de la Chine, et de le placer entre cette espèce et celle du

* Voyez les Planches enluminées, n.º 620.
a Dans le 
Rolle de la Chine, l’aile est composée de dix-huit pennes, dont la première 
est très-courte, et dont la cinquième est la plus longue de toutes, comme dans 
le Geai ; tandis que dans le Rollier l’aile est composée de vingt-trois 
pennes, dont la seconde est la plus longue de toutes.
 
|<      <      Page 132      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.