Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• Le Manucode.
|<      <      Page 163      >      >|
Aller à la page
*Le Manucodea.
Le manucode, que je nomme ainsi d’après son nom indien ou plutôt superstitieux, manucodiata, qui signifie oiseau de Dieu, est appelé communément le Roi des oiseaux de Paradis ; mais c’est par un préjugé qui tient aux fables dont on a chargé l’histoire de cet oiseau. Les Marins dont Clusius tira ses principales informations, avoient ouï dire dans le pays, que chacune des deux espèces d’oiseaux de Paradis avoit son Roi, à qui tous les autres paroissoient obéir avec beaucoup de soumission et de fidélité ; que ce Roi voloit toujours au-dessus de la troupe, et planoit sur ses sujets ; que de-là il leur donnoit ses ordres pour aller reconnoître les fontaines où on pouvoit aller boire sans danger, pour en faire l’épreuve sur eux-mêmes, etc.b ; et cette fable conservée par Clusius, quoique non moins absurde qu’aucune autre, étoit la seule chose qui consolât Nieremberg de toutes celles dont Clusius avoit purgé l’histoire des oiseaux de Paradisc : ce qui, pour le dire en passant, doit fixer

* Voyez les Planches enluminées, n.º 496.
a En Latin, 
Manucodiata Rex, Rex Paradys, Rex avium Paradisearum, Avis regia ; en Anglois, 
King of Birds of Paradise.
b Voyez Clusius, Exotic. in Auctuario, 
page 359. Cela a rapport à la manière dont les Indiens se rendent quelquefois 
maîtres de toute une volée de ces oiseaux, on empoisonnant les fontaines où 
ils vont boire.
c Voyez Nieremberg, page 212.
 
|<      <      Page 163      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.