Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• Le Loriota.
|<      <      Page 254      >      >|
Aller à la page
*Le Loriota.
On a dit des petits de cet oiseau, qu’ils naissoient en détail et par parties séparées, mais que le premier soin des père et mère étoit de rejoindre ces parties et d’en former un tout vivant par la vertu d’une certaine herbe. La difficulté de cette merveilleuse réunion n’est peut-être pas plus grande que celle de séparer avec ordre les noms anciens que les Modernes ont appliqués confusément à

* Voyez les Planches enluminées, n.º 26.
a C’est le 
Loriot de M. Brisson, tome II, page 320. En Grec, selon les Auteurs, 
 ; (traduit en Latin par 
Vireo)  la femelle, suivant 
Élien ;  
 
 (traduit par Galgulus) 
 ; (Luteus) en Grec 
moderne, 
 ; 
(quasi ficedula) en Latin, Chlorion, Chloris, Chloreus, Oriolus, Merula aurea, 
Turdus aureus, Luteus, Lutea, Luteolus, Ales luridus, Picus nidum suspendens, 
Avis icterus, Galgulus, (ces quatre derniers noms sont de Pline) Galbulus, 
Galbula, Vireo, Vineo ; en Italien, Oriolo, Regalbulo, Gualbedro, Galbero, 
Reigalbero, Garbella, Rigeyo, Melziozallo, Becquafigo, Becquafiga, Brusola ; en 
Espagnol, Oropendola, Oroyendola ; en vieux François, Lorion, Lourion, Louriou, 
Auriou, Lauriol, Oriol, Orio ; en différentes provinces de France, Oriot, 
Piloriot, Bilorot, compère Loriot, Lousot, Merle-jaune, Merle-doré, Becfigue, 
Courtpendu. M. Salerne soupçonne que c’est le bel oiseau jaune qu’on 
appelle la Lutronne du côté d’Abbeville ; en Allemand, Bierholdt, Bierolf, 
Brouder berolft, Byrolt, Tyrolt, Kirscholdt, Gerolft, Kersenrife, Goldamfel, 
Goldmerle, Gut-merle, Olimerle, Gelbling, Widdewal, Witwol ; en Anglois, a 
Witwol ; en Suisse, Wittewalch ; en Polonois, Wilga, Wywielga. On a dérivé le 
nom du loriot, les uns du mot Grec, Chlorion, les autres du mot Latin Aureolus, 
d’autres enfin du cri de l’oiseau.
 
|<      <      Page 254      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.