Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• Le Coracias huppé ou le Sonneur.
|<      <      Page 9      >      >|
Aller à la page
Le Coracias huppé ou le Sonneura.
J’adopte ce nom que quelques-uns ont donné à l’oiseau dont il s’agit dans cet article, à cause du rapport qu’ils ont trouvé entre son cri et le son de ces clochettes qu’on attache au cou du bétail. Le sonneur est de la grosseur d’une poule ; son plumage est noir, avec des reflets d’un beau vert, et variés à peu-près comme dans le crave ou coracias, dont nous venons de parler : il a aussi comme lui le bec et les pieds rouges ; mais son bec est encore plus long, plus menu, et fort propre à s’insinuer dans les fentes de rochers, dans les crevasses de la terre, et dans les trous d’arbres et de murailles, pour y chercher les vers et les insectes dont il fait sa principale nourriture. On a trouvé dans son estomac des débris de grillons-taupes, vulgairement appelés courtillières. Il mange aussi des larves de hannetons, et se rend utile par la guerre qu’il fait à ces insectes destructeurs. Les plumes qu’il a sur le sommet de la tête, sont plus longues que les autres, et lui forment une espèce de huppe, pendante en arrière ; mais cette huppe, qui ne commence

a C’est le Corvus sylvaticus de Gesner, page 351 ; et le Coracias 
huppé de M. Brisson, tome II, page 6, appelé à Zurich, Scheller, Waldt-rapp, 
Stein-rap ; et en Bavière, comme en Stirie, Clauss-rapp. En Italien, Corvo 
spilato ; en Polonois, Kruk-lesny, Nocny ; en Anglois, Wood crow from 
switzerland. 
|<      <      Page 9      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.