Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• L’arc-en-queue.
|<      <      Page 207      >      >|
Aller à la page
L’arc-en-queuea.
Fernandez donne le nom d’Oziniscanb à deux oiseaux qui ne se ressemblent point du toutc, et Séba a pris la licence d’appliquer ce même nom à un troisième oiseau qui diffère entièrement des deux autresd, excepté pour la grosseur ; car ils sont dits tous trois avoir la grosseur d’un pigeon : Ce troisième Oziniscan, c’est l’arc-en-queue dont il s’agit dans cet article. Je le nomme ainsi à cause d’un arc ou croissant noir qui paroît et se dessine très-bien sur la queue lorsqu’elle est épanouie, d’autant qu’elle est d’une belle couleur jaune, ainsi que le bec et le corps entier, tant dessus que dessous ; la tête et le cou sont noirs, et les ailes de la même couleur avec une légère teinte de jaune. J’oubliois de dire que le croissant de la queue a sa concavité tournée du côté du corps de l’oiseau. Séba ajoute qu’il a reçu d’Amérique plusieurs de ces oiseaux, et qu’ils passent dans le pays pour des espèces d’oiseaux de proie ; peut-être ont-ils les mêmes habitudes que notre premier troupiale ; d’ailleurs la figure que donne Séba, présente un bec un peu crochu vers la pointe.

a C’est le troupiale à queue annelée de Brisson.
b 
Tome II, page 89. La véritable orthographe sauvage ou Brasilienne de ce mot, 
Otzinitzcan.
c De avibus novæ Hispaniæ, cap. LXXXVI et 
CLVI.
d Séba, tome I, page 97. Planche LXI, fig. 3.
 
|<      <      Page 207      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.