Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• IV. Le Geai de Sibérie. V. Le Blanche-Coiffe ou le Geai de Cayenne.
|<      <      Page 118      >      >|
Aller à la page
corps plus rembruni, et le bec inférieur plus renflé que dans la figure ; enfin, les plumes de la gorge se 
portant en avant, formoient une espèce de barbe à l’oiseau.

IV. Le Geai de Sibérie*.
Les traits d’analogie par lesquels cette nouvelle espèce se rapproche de celle de notre geai, consistent en un certain air de famille, en ce que la forme du bec et des pieds, et la disposition des narines sont à peu-près les mêmes, et en ce que le geai de Sibérie a sur la tête, comme le nôtre, des plumes étroites qu’il peut à son gré relever en manière de huppe. Ses traits de dissemblance sont qu’il est plus petit, qu’il a la queue étagée, et que les couleurs de son plumage sont fort différentes, comme on pourra s’en assurer en comparant les figures enluminées qui représentent ces deux oiseaux. Les mœurs de celui de Sibérie nous sont absolument inconnues.
V. *Le Blanche-Coiffe ou le Geai de Cayenneb.
Il est à peu-près de la grosseur de notre geai commun, mais il a le bec plus court, les pieds plus hauts, la queue et les ailes plus longues à proportion, ce qui lui

* Voyez les Planches enluminées, n.º 608.
* Ibid. n.º 
373.
b C’est le Geai de Cayenne de M. Brisson, tome II, page 52.
 
|<      <      Page 118      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.