Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• III. Le Tolcana.
|<      <      Page 193      >      >|
Aller à la page
du corps jaune. Les marques les plus distinctives de cet oiseau en fait de couleur, sont, 1.º une plaque 
noirâtre variée de gris, située au bas du cou et se détachant très-bien du fond, qui, comme nous venons 
de le dire, est de couleur jaune : 2.º trois bandes blanches qu’il a sur la tête, toutes les trois partant 
de la base du bec supérieur, et s’étendant jusqu’à l’occiput ; l’une tient le sommet ou le milieu 
de la tête, les deux autres, qui sont parallèles à cette première, passent de chaque côté au-dessus des 
yeux. En général, cet oiseau se rapproche de notre étourneau d’Europe par les proportions relatives des 
ailes et de la queue, et en ce que ses couleurs sont disposées par petites taches : il a aussi la tête 
plate, mais son bec est plus alongé.
Un Correspondant du Cabinet nous assure que la Louisiane est fort 
incommodée par des nuées d’étourneaux, ce qui indiqueroit quelque conformité dans la manière de voler 
des étourneaux de la Louisiane avec celle de nos étourneaux d’Europe ; mais il n’est pas bien sûr que 
le Correspondant veuille parler de l’espèce dont il s’agit ici.

III. Le Tolcanaa.
La courte notice que Fernandez nous donne de cet

a Nom formé du nom Mexicain. Tolocatzanatl, et qui signifie 
étourneau des roseaux, Fernandez, Hist. avium novæ Hispaniæ, cap. XXXVI. 
C’est le troisième étourneau de M. Brisson, tome II, page 448. 
|<      <      Page 193      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.