Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-huitième.
•• II. L’Étourneau de la Louisiane ou le Stourne.
|<      <      Page 192      >      >|
Aller à la page
Cet oiseau est le même que l’étourneau noir et blanc des Indes d’Edwards, Planche 187 ; que le contra de 
Bengale d’Albin, tome III, Planche 21 ; que l’étourneau du cap de Bonne-espérance de M. Brisson, tome 
II, page 446 ; et même que son neuvième troupiale, tome II, page 94. Il a avoué et rectifié ce double 
emploi, page 54 de son supplément, et il est en vérité bien excusable au milieu de ce cahos de descriptions 
incomplettes, de figures tronquées et d’indications équivoques qui embarrassent et surchargent 
l’Histoire Naturelle. Cela fait voir combien il est essentiel, lorsqu’on fait l’histoire d’un oiseau, 
de le reconnoître dans les diverses descriptions que les Auteurs en ont faites, et d’indiquer les 
différens noms qu’on lui a donnés en différens temps et en différens lieux ; seul moyen d’éviter ou 
de rectifier la stérile multiplication des espèces purement nominales.

II. L’Étourneau de la Louisiane ou le Stourne*.
Ce mot de Stourne est formé du Latin Sturnus, je l’ai appliqué à un oiseau d’Amérique assez différent de notre étourneau pour mériter un nom distinct, mais qui a assez de rapports avec lui pour mériter un nom analogue. Il a le dessus du corps d’un gris varié de brun et le dessous

* Voyez les Planches enluminées, n.º 256.
|<      <      Page 192      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.