Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-septième.
•• VII. L’Ococolin ou Perdrix de montagne du Mexique.
|<      <      Page 489      >      >|
Aller à la page
méthode : il lui assigne donc parmi ses classes et ses genres la place qu’il croit lui convenir le mieux ; 
un autre qui a imaginé un autre système en fait autant avec le même droit ; et pour peu que l’on 
connoisse le procédé des méthodes et la marche de la Nature, on comprendra facilement qu’un même oiseau 
pourra très-bien être placé par trois Méthodistes dans trois classes différentes, et n’être nulle part 
à sa place.
Lorsque nous aurons vu l’oiseau ou les oiseaux dont il s’agit ici, et sur-tout lorsque nous 
aurons l’occasion de les voir vivans, nous les rapprocherons des espèces avec lesquelles ils nous 
paroîtront avoir le plus de rapport, soit par la forme extérieure, soit par les mœurs et les habitudes 
naturelles.
Au reste, le colenicui est de la grosseur de notre caille, selon M. Brisson ; mais il paroît 
avoir les ailes un peu plus longues : il est brun sur le corps, gris-sale et noir-par-dessous ; il a la gorge 
blanche et des espèces de sourcils blancs.

VII. L’Ococolin ou Perdrix de montagne du Mexiquea.
Cette espèce que M. Seba a pris pour le rollier huppé du Mexiqueb, s’éloigne encore plus de la caille

a Voyez Fernandez, chap. LXXXV. Brisson, tome I, page 
226.
b Voyez l’Ornithologie de Brisson, tome II, page 84. En 
général les rolliers ont le bec plus droit et la queue plus longue que les 
perdrix. 
|<      <      Page 489      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.