Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-septième.
•• V. Le Marail.
|<      <      Page 390      >      >|
Aller à la page
que le coxolitli de Fernandezg ; cependant celui-ci est beaucoup plus gros, et il n’a point sous 
la gorge cette membrane charnue qui caractérise l’yacou ; c’est pourquoi je l’ai laissé avec les 
hoccos proprement dits.

V. Le Marail.
Les Auteurs ne nous disent rien de la femelle de l’yacou, excepté M. Edwards qui conjecture qu’elle n’a point de huppea : d’après cette indication unique, et d’après la comparaison des figures les plus exactes, et des oiseaux eux-mêmes conservés, je soupçonne que celui que nous avons fait représenter* sous le nom de Faisan verdâtre de Cayenne, et qu’on appelle communément Marail dans cette Isle, pourroit être la femelle, ou du moins une variété de l’espèce de l’yacou ; car j’y retrouve plusieurs rapports marqués avec le guan de M. Edwards (planche XIII), dans la grosseur, la couleur du plumage, la forme totale, à la huppe près que la femelle ne doit point avoir ; dans le port du corps, la longueur de la queue, le cercle de peau rousse autour des yeuxb, l’espace rouge et

g Voyez Ray, Synopsis Avium, pag. 57.
a Edwards, Hist. 
nat. des Oiseaux rares, page 13.
* Voyez les planches enluminées, n.º 
338.
b Cette peau nue est bleue dans l’yacou, et rouge dans le 
marail ; mais nous avons déjà observé la même variation de couleur d’un 
sexe à l’autre dans les membranes charnues de la peintade.
 
|<      <      Page 390      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.