Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-septième.
•• Le petit Tetras ou Coq de bruyère à queue fourchue.
|<      <      Page 210      >      >|
Aller à la page
Le petit Tetras ou Coq de bruyère à queue fourchue*. Planche VI de ce volume.
Voici encore un coq et un faisan, qui n’est ni coq ni faisan ; on l’a appelé petit coq sauvage, coq de bruyère, coq de bouleau, etc. faisan noir, faisan de montagne ; on lui a même donné le nom de perdrix, de gélinotte ; mais dans le vrai c’est le petit tetras, c’est le premier tetrao de Pline, c’est le tetrao ou l’urogallus-minor de la plupart des Modernes : quelques Naturalistes, tels que Rzaczynski, l’ont pris pour le tetrax du poëte Nemesianus ; mais c’est sans doute faute d’avoir remarqué que la grosseur de ce tetrax est, selon Nemesianus même, égale à celle de l’oie et de la gruea ; au lieu que selon Gesner, Schwenckfeld, Aldrovande et quelques autres Observateurs qui ont vu par eux-mêmes, le petit tetras n’est guère plus gros qu’un coq ordinaire ; mais seulement d’une forme un peu plus alongée, et que sa femelle, selon M. Ray, n’est pas

* Voyez les planches enluminées, n.º 172, le mâle ; et n.º 173, 
la femelle.
a	Tarpeiæ est custos Arcis non corpore major
	Nec qui te 
volucres docuit, Palamede, figuras.
		Vide M. Aurelii Olympii Nemesiani, 
fragmenta de Aucupia.
 
|<      <      Page 210      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.