Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-septième.
•• La Fraise ou Caille de la Chine
|<      <      Page 478      >      >|
Aller à la page
La Fraise ou Caille de la Chine*.
Cet oiseau est représenté dans nos planches sous le nom de Caille des Philippines, parce qu’elle a été envoyée de ces îles au Cabinet ; mais elle se trouve aussi à la Chine, et je l’ai appelée la Fraise, à cause de l’espèce de fraise blanche qu’elle a sous la gorge, et qui tranche d’autant plus que son plumage est d’un brun-noirâtre : elle est une fois plus petite que la nôtre. M. Edwards a donné la figure du mâle, planche CCXLVII, il diffère de la femelle représentée dans nos planches enluminées, en ce qu’il est un peu plus gros, quoiqu’il ne le soit pas plus qu’une alouette ; en ce qu’il a plus de caractère dans la physionomie, les couleurs du plumage plus vives et plus variées, et les pieds plus forts. Le sujet dessiné et décrit par M. Edwards, avoit été apporté vivant de Nanquin en Angleterre. Ces petites cailles ont cela de commun avec celles de nos climats, qu’elles se battent à outrance les unes contre les autres, sur-tout les mâles ; et que les Chinois font à cette occasion des gageures considérables, chacun pariant pour son oiseau, comme on fait en Angleterre pour les coqsa : on ne peut donc guère douter

* Voyez les planches enluminées, n.º 126.
a Voyez George 
Edwards, Gleanings, tome I, page 78.
 
|<      <      Page 478      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.