Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-septième.
•• III. Gélinotte à longue queue
|<      <      Page 286      >      >|
Aller à la page
seroit-ce par cette raison que les oiseaux de proie leur donnent la chasse avec tant d’acharnement ? Nous 
avons eu déjà ce soupçon à l’occasion des tetras d’Europe ; s’il étoit confirmé par un nombre 
suffisant d’observations, il s’ensuivroit non-seulement que la voracité n’exclut pas toujours un 
appétit de préférence ; mais que l’oiseau de proie est à peu près de même goût que l’homme, et ce 
seroit une analogie de plus entre les deux espèces.

III. Gélinotte à longue queue
L’oiseau d’Amérique qu’on peut appeler gélinotte à longue queue, dessiné et décrit par M. Edwards, sous le nom de heath cock ou grous, coq de bruyère de la baie d’Hudson, et qui me paroît être plus voisin des gélinottes que des coqs de bruyère, ou des faisans dont on lui a aussi donné le nom : cette gélinotte à longue queue, représentée dans la planche CXVII de M. Edwards, est une femelle, elle a la grosseur, la couleur et la longue queue du faisan ; le plumage du mâle est plus rembruni, plus lustré, et il a des reflets à l’endroit du cou ; ce mâle se tient aussi très-droit, et il a la démarche fière ; différences qui se retrouvent constamment entre le mâle et la femelle dans toutes les espèces qui appartiennent à ce genre d’oiseau. M. Edwards n’a pas osé donner des sourcils rouges à cette femelle, parce qu’il n’a vu que l’oiseau empaillé, sur lequel ce caractère n’étoit point assez apparent ;
|<      <      Page 286      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.