Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-septième.
•• II. Le Spicifère.
|<      <      Page 366      >      >|
Aller à la page
couvertures des ailes, deux à deux sur les pennes des ailes, et quatre à quatre sur les longues couvertures 
de la queue, dont les deux du milieu sont les plus longues de toutes ; les latérales allant toujours en se 
raccourcissant de chaque côté.
On ne sait, ou plutôt on ne dit rien de son histoire, pas même s’il fait 
la roue en relevant en éventail ses belles plumes chargées de miroirs.
Il ne faut pas confondre le chinquis 
avec le kinki, ou poule dorée de la Chine, dont il est parlé dans les relations de Navarette, Trigault, du 
Halde, et qui autant qu’on en peut juger par des descriptions imparfaites, n’est autre chose que notre 
tricolor huppéb.

II. Le Spicifère.
J’appelle ainsi le huitième faisan de M. Brissona, qu’Aldrovande a nommé paon du Japon, tout en avouant qu’il ne ressembloit à notre paon que par les pieds et la queueb. Je lui ai donné le nom de Spicifère, à cause de l’aigrette en forme d’épi qui s’élève sur sa tête : cette aigrette est haute de quatre pouces, et paroît émaillée de vert et de bleu ; le bec est de couleur cendrée,

b Voyez M. l’abbé Prévôt, Hist. générale des Voyages, tome VI, 
page 487.
a Brisson, Ornithologic, tome I, page 289.
b 
Aldrovande, Ornithologia, tom. II, pag. 35.
 
|<      <      Page 366      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.