Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dix-septième.
•• II. Le Coq de bruyère à fraise, ou la grosse Gélinotte de Canada.
|<      <      Page 281      >      >|
Aller à la page
II. *Le Coq de bruyère à fraise, ou la grosse Gélinotte de Canadaa.
Je soupçonne encore ici un double emploi, et je suis bien tenté de croire que cette grosse gélinotte de Canada, que M. Brisson donne comme une espèce nouvelle, et différente de sa gélinotte huppée de Pensylvanie, est néanmoins la même, c’est-à-dire, la même aussi que celle du coq de bruyère à fraise de M. Edwards : il est vrai qu’en comparant cet oiseau en nature, ou même notre planche enluminée, n.º 104, avec celle de M. Edwards, n.º 248, il paroîtra au premier coup d’œil des différences très-considérables entre ces deux oiseaux ; mais si l’on fait attention aux ressemblances, et en même temps aux différentes vues des Dessinateurs, dont l’un, M. Edwards, a voulu représenter les plumes au-dessus des ailes et de la tête, relevées, comme si l’oiseau étoit non-seulement vivant, mais en action d’amour ; et dont l’autre, M. Martinet, n’a dessiné cet oiseau que mort et sans plumes, érigées ou redressées ; la disconvenance des

* Voyez les planches enluminées, n.º 104.
a Brisson, 
tome I, page 207..… La Gélinotte huppée de Pensylvanie. Idem, ibidem, pag. 
214. — Coq de bruyère à fraise. Edwards, Glanures, planche CCXLVIII.
 
|<      <      Page 281      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.