Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Seizième.
•• Le Vautour à aigrettes.
|<      <      Page 159      >      >|
Aller à la page
une espèce de cravate blanche qui part des deux côtés de la tête, s’étend en deux branches jusqu’au 
bas du cou, et borde de chaque côté un assez large espace d’une couleur noire, et au-dessous duquel il se 
trouve un collier étroit et blanc ; 3.º par les pieds qui sont dans le vautour couverts de plumes brunes, 
tandis que dans le griffon, les pieds sont jaunâtres ou blanchâtres ; et enfin par les doigts qui sont 
jaunes, tandis que ceux du griffon sont bruns ou cendrés.

Le Vautour à aigrettesa.
Ce Vautour qui est moins grand que les trois premiers, l’est cependant encore assez pour être mis au nombre des grands vautours : nous ne pouvons en rien dire de mieux que ce qu’en a dit Gesnerb, qui de tous les Naturalistes est le seul qui ait vu plusieurs de ces oiseaux. Le vautour, dit-il, que les Allemands appellent hasengeier (vautour aux lièvres), a le bec noir et crochu par le bout, de vilains yeux, le corps grand et fort, les ailes larges, la queue longue et droite ; le plumage d’un roux noirâtre, les pieds jaunes. Lorsqu’il est en repos, à terre ou perché, il redresse

a Le vautour hupé. Brisson, Ornith. tome I, page 460.
b 
Gesner. Avi. page 782.
 
|<      <      Page 159      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.