Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Seizième.
•• Le Rochier.
|<      <      Page 286      >      >|
Aller à la page
Le Rochiera. Voyez les planches enluminées, n.º 447.
L’oiseau qu’on a nommé faucon de roche ou rochier, n’est pas si gros que la cresserelle, et me paroît fort semblable à l’émérillon, dont on se sert dans la fauconnerie ; il fait, disent les Auteurs, sa retraite et son nid dans les rochers. M. Frisch est le seul avant nous qui ait donné une bonne indication de cet oiseau, et l’on peut comparer dans son ouvrage, la figure du rochier, planche LXXXVII, avec la nôtre, et aussi avec les cresserelles mâle et femelle, qui, toutes trois sont assez bien rendues ; leurs rapports de ressemblance et de différence, sont encore mieux exprimés dans nos planches enluminées : en considérant attentivement la forme et les caractères de cet oiseau, et en les comparant avec la forme et les caractères de l’espèce d’émérillon, dont on se sert dans la fauconnerie, et que nous avons fait représenter

a Litho-falcus. Gesner, Avi. pag. 75. — Falco lapidarius. Aldrov. 
Avi. tom. I, pag. 499. — Dendro-falco sive smerlus. Émérillon. Frisch, 
planche LXXXVII, avec la figure coloriée. — Le Faucon de roche ou Rochier. 
Brisson, Ornithol. tome I, page 349. Nota. Il me paroît qu’on doit rapporter 
à cette espèce le faucon de montagne cendré ; Brisson, tome I, page 355, ou 
le Falconis montani secundum genus d’Aldrovande, Avi. tom. I, pag. 79 ; et que 
ces Auteurs ont fait un double emploi en séparant ces deux espèces 
d’oiseaux. 
|<      <      Page 286      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.