Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Seizième.
•• Le Lanier.
|<      <      Page 243      >      >|
Aller à la page
Le Laniera.
Cet oiseau qu’Aldrovande appelle Laniarius gallorum, et que Belon dit être naturel en France, et plus employé par les Fauconniers qu’aucun autre, est devenu si rare que nous n’avons pu nous le procurer ; il n’est dans aucun de nos cabinets, ni dans les suites d’oiseaux coloriés par M.rs Edwards, Frisch et les Auteurs de la Zoologie Britannique ; Belon lui-même, qui en fait une description assez détaillée, n’en donne pas la figure ; il en est de même de Gesner, d’Aldrovande et des autres Naturalistes modernes. M.rs Brisson et Salerne avouent ne l’avoir jamais vu : la seule représentation qu’on en ait est dans Albin, dont on sait que les planches sont très-mal coloriées. Il paroît donc que le lanier qui est aujourd’hui si rare en France, l’a également et toujours été en Allemagne, en Angleterre, en

a En Italien, Laniero ; en Allemand, Swimere ou Schmeymer ; en 
Anglois et en François, on appelle le mâle Lanneret. — Lanier. Belon, Hist. 
nat. des Oiseaux, page 123. Nota. Lanier vient du latin laniare, déchirer, 
parce que cet oiseau déchire cruellement les poules et les autres animaux dont 
il fait sa proie. Lanneret est le diminutif de lanier, et c’est pour cela 
qu’on appelle le mâle Lanneret, qui est considérablement plus petit que la 
femelle. — Laniarius gallorum. Aldrov. Avi. tom. I, pag. 488. — Petit 
Lanier. Albin, tome II, page 4, planche VII, avec une figure coloriée. — 
Falco pedibus rostroque cæruleis, maculis albis nigrisque longitudinalibus. 
Linn. Faun. Suec. n.º 61. Le Lanier. Brisson, Ornithologie, tome I, page 363. 
|<      <      Page 243      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.