Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Seizième.
•• Le Griffon.
|<      <      Page 151      >      >|
Aller à la page
et de deux autres trous qui se trouvent dans son bec par lesquels s’écoule la salive : il a le jabot 
proéminent ; et lorsqu’il est à terre, il tient toujours les ailes étenduesc : enfin il ne 
ressemble à l’aigle que par la grandeur, car il surpasse l’aigle commun, et il approche du grand aigle 
pour la grosseur du corps, mais il n’a pas la même étendue de vol. L’espèce du percnoptère paroît 
être plus rare que celles des autres vautours ; on la trouve néanmoins dans les Pyrénées, dans les Alpes, 
et dans les montagnes de la Grèce, mais toujours en assez petit nombre.

Le Griffon.
C’est le nom que M.rs de l’Académie des Sciences ont donné à cet oiseau pour le distinguer des autres vautoursa. D’autres Naturalistes l’ont appelé le vautour rougeb, le vautour jaunec, le vautour fauved ;

c Nota. Cette habitude de tenir les ailes étendues appartient 
non-seulement à cette espèce, mais encore à la plupart des Vautours et à 
quelques autres oiseaux de proie.
a Mémoires pour servir à 
l’Histoire des animaux, part. III, pag. 209, avec une assez bonne 
figure.
b Vultur ruber seu lateritii coloris, magnitudinis mediæ, 
interdum comparet in Prussia. Rzaczynsky, Auct. Hist. nat. Pol. pag. 
430.
c Vultur fulvus noster, Bætico Bellonii congener. Willugh. 
Ornith. pag. 36 ; et Ray, Synops. avium, pag. 10, n.º 7.
d Le 
Vautour fauve. Brisson, Ornithol. tom. I, pag. 462.
 
|<      <      Page 151      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.