Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Seizième.
•• Le Dronte.
|<      <      Page 480      >      >|
Aller à la page
Le Drontea.
On regarde communément la légèreté comme un attribut propre aux oiseaux, mais si l’on vouloit en faire le caractère essentiel de cette classe, le Dronte n’auroit aucun titre pour y être admis, car loin d’annoncer la légèreté par ses proportions ou par ses mouvemens, il paroît fait exprès pour nous donner l’idée du plus lourd des êtres organisés ; représentez-vous un corps massif et presque cubique, à peine soutenu sur deux piliers très-gros et très-courts, surmonté d’une tête si extraordinaire qu’on la prendroit pour la fantaisie d’un Peintre de grotesques ; cette tête portée sur un cou renforcé et goistreux, consiste presque toute entière dans un bec énorme où sont deux gros yeux noirs entourés d’un cercle blanc, et dont l’ouverture des mandibules se prolonge bien au-delà des yeux, et presque jusqu’aux oreilles : ces deux mandibules concaves dans le milieu de leur longueur, renflées par les deux bouts et recourbées à la pointe en sens contraire, ressemblent à deux cuillers pointues, qui s’appliquent l’une à l’autre la

a Dronte est le nom que lui donnent les habitans de l’île Maurice 
et des lieux voisins : les Portugais l’ont appelé Dodo ; les Hollandois, 
Dod-aerts et Walgh-vogel. — Dronte aliis, Dod-aerts. Bontius, Indes 
Orientales, page 30. — Gallinaceus gallus peregrinus. Clusius, Exotic. lib. V, 
pag. 99. — Edwards, Glanures, pl. CCXCIV. 
|<      <      Page 480      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.