Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome treizième.
•• Les Phoques, les Morses et les Lamantins.
|<      <      Page 330      >      >|
Aller à la page
Les Phoques, les Morses et les Lamantins.
Assemblons pour un instant tous les animaux quadrupèdes, faisons-en un groupe, ou plutôt formons-en une troupe dont les intervalles et les rangs représentent à peu près la proximité ou l’éloignement qui se trouve entre chaque espèce ; plaçons au centre les genres les plus nombreux, et sur les flancs, sur les ailes ceux qui le sont le moins ; resserrons-les tous dans le plus petit espace, afin de les mieux voir ; et nous trouverons qu’il n’est pas possible d’arrondir cette enceinte : Que quoique tous les animaux quadrupèdes tiennent entr’eux de plus près qu’ils ne tiennent aux autres êtres, il s’en trouve néanmoins en grand nombre qui font des pointes au dehors, et semblent s’élancer pour atteindre à d’autres classes de la Nature ; les singes tendent à s’approcher de l’homme et s’en approchent en effet de très-près ; les chauve-souris sont les singes des oiseaux qu’elles imitent par leur vol ; les porc-épics, les hérissons par les tuyaux dont ils sont couverts, semblent nous indiquer que les plumes pourroient appartenir à d’autres qu’aux oiseaux ; les tatous par leur test écailleux s’approchent de la tortue et des crustacées ; les castors par les écailles de leur queue ressemblent aux poissons ; les fourmillers par leur espèce de bec ou
|<      <      Page 330      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.