Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome treizième.
•• Le Tarsier.
|<      <      Page 87      >      >|
Aller à la page
Le Tarsier.
Nous avons eu cet animal par hasard et d’une personne qui n’a pu nous dire ni d’où il venoit ni comment on l’appeloit : cependant il est très-remarquable par la longueur excessive de ses jambes de derrière ; les os des pieds, et sur-tout ceux qui composent la partie supérieure du tarse sont d’une grandeur démesurée et c’est de ce caractère très-apparent que nous avons tiré son nom. Le Tarsier n’est cependant pas le seul animal dont les jambes de derrière soient ainsi conformées ; la Gerboise a le tarse encore plus long, ainsi ce nom Tarsier que nous donnons aujourd’hui à cet animal ne doit être pris que pour un nom précaire qu’il faudra changer lorsqu’on connoîtra son vrai nom, c’est-à-dire le nom qu’il porte dans le pays qu’il habite. La gerboise se trouve en Égypte, en Barbarie et aux Indes orientales : j’ai d’abord imaginé que le tarsier pouvoit être du même continent et du même climat, parce qu’au premier coup d’œil il paroît lui ressembler beaucoup* ; ces deux animaux sont de la même grandeur, tous deux ne sont pas plus gros qu’un rat de moyenne grosseur, tous deux ont les jambes de derrière excessivement

* Pour avoir une idée nette de la comparaison de ces deux animaux, 
nous prions le Lecteur de jeter les yeux sur la figure de la Gerboise, donnée 
par M. Edwards, dans ses Glanures, page 18, et de la comparer à celle que nous 
donnons ici du Tarsier. 
|<      <      Page 87      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.