Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome treizième.
•• Description des Makis.
|<      <      Page 181      >      >|
Aller à la page
Description des Makis.
Les Makis ont le museau alongé comme celui des Cœbes, mais moins gros ; ils ressemblent à tous les singes, au sarigue, à la marmose, au cayopollin et au phalanger par la forme des pieds ; mais ils ont plus de rapport aux singes qu’à ces animaux par les dents, quoique ce rapport ne soit pas exact. Les makis ont, comme tous les singes, quatre dents incisives en dessus ; mais il y en a six en dessous, et par conséquent deux de plus que dans les singes : cependant les makis n’ont en tout que trente-six dents, comme les sapajoux, parce qu’il n’y a que dix dents mâchelières en haut, tandis que les sapajoux en ont douze. Le nombre des dents de tous les autres singes n’est que de trente-deux, parce qu’ils ont de moins que les makis deux mâchelières dans la mâchoire du dessus et deux incisives dans celle du dessous. Le principal rapport des dents des makis à celles des singes consiste dans le nombre de quatre incisives à la mâchoire du dessus, et la principale différence se trouve dans le nombre des incisives du dessous, qui est de six dans les makis, et seulement de quatre dans les singes. Pour distinguer les makis de tous les autres quadrupèdes connus, il suffit de réunir le caractère des six dents incisives de la mâchoire du dessous avec celui de la forme des pieds de derrière, qui ressemblent à ceux des singes, mais il faut nécessairement que ces deux caractères soient réunis ; le nombre des dents incisives tant du dessus que du dessous ne suffiroit pas seul, parce que la plupart des chauve-souris, le peccari et le babiroussa ont, comme les makis, quatre incisives en dessus et six en dessous.
|<      <      Page 181      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.