Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Douzième.
•• Le Condoma.
|<      <      Page 301      >      >|
Aller à la page
Le Condoma.
M.le Marquis de Marigny, qui ne perd pas la plus petite occasion de favoriser les Sciences et les Arts, m’a fait voir dans son Cabinet la tête d’un animal, que je pris au premier coup-d’œil pour celle d’un grand Bubale, elle est semblable à celles de nos plus grands Cerfs : mais au lieu de porter un bois solide et plein comme celui des cerfs, elle est surmontée de deux grandes cornes creuses, portant arête comme celles des Boucs, et doublement fléchie comme celles des Antilopes. (Voyez pl. XXXIX, fig. 1) En cherchant au Cabinet du Roi les morceaux qui pouvoient être relatifs à cet animal, nous avons trouvé deux cornes qui lui appartiennent ; la première sans aucun indice ni étiquette, venoit du Garde-meuble de Sa Majesté ; la seconde (pl. XXXIX, fig. 2) m’a été donnée en 1760, par M. Baurhis, Commis de la Marine, sous le nom de Condoma du cap de Bonne-espérance ; nous avons cru devoir adopter ce nom, l’animal qu’il désigne n’ayant jamais été dénommé ni décrit. Par la longueur, la grosseur et sur-tout par la double flexion des cornes, le condoma nous paroît approcher beaucoup de l’animal que Caïus a donné sous le nom de Strepsiceros* : non-seulement la figure et les contours

* Strepsicerotis cornua tam graphicè descripsit Plinius, atque lyris 
tam appositè comparavit, ut longiore verborum ambitu opus non sit. Ergo hoc 
tantum addam : ea esse intus cava, sed longa pedes Romanos duos palmos tres, si 
recto ductu metiaris : si flexo pro naturâ cornuum, pedes tres integros. Crassa 
sunt ubi capiti committuntur, digitos romanos tres cum semisse. Describuntur in 
ambitu palmis romanis duobus et dimidio, eo ipse in loco. In summo, levore 
quodam nigrescunt, cum in imo fusca magis et rugosa sint. Jam inde a primo ortu 
sensim gracilescunt, et tandem in acutum exeunt. Pendent unà cum facie siccâ 
per longitudinem dimidiatâ, libras septem uncias tres et semissem. Facies, quæ 
adhuc superest juncta cornibus, et frontis cervicisque pilus, loquuntur 
Strepsicerotem animal esse magnitudine ferè cervinâ, et pilo rufo ad instar 
cervini. Sed an nare et figura corporis cervina sit, ex facie nihil habeo certi 
dicerè, cum nares diuturni temporis usu detritæ sint, et facies eâdem de 
causâ hinc inde glabra sit, conjiceres tamen ex eo quod superest eum propius 
accedere ad cervum aut platycerotem. Caïus, apud Gesnerum, de quad. pag. 295. 
|<      <      Page 301      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.