Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Douzième.
•• Description de l’Hippopotame.
|<      <      Page 50      >      >|
Aller à la page
Description de l’Hippopotame.
Nous n’avons point vu d’Hippopotame adulte ; cette description n’a pour sujets qu’un fœtus et des têtes décharnées d’hippopotames, qui sont au Cabinet du Roi, et les os des pieds, qui nous ont été communiqués par M. Bernard de Jussieu. Le fœtus est représenté (planche III), couché sur une table près des instrumens d’anatomie, qui doivent servir à le disséquer ; on aperçoit à travers une fenêtre dans le lointain un grand hippopotame, copié d’après la figure qu’en a donnée Fabius Columnaa ; cet hippopotame est sur les bords du fleuve du Sénégal, désigné par un Baobabb.

a Aquat. et terrest. aliquot animalium. Obs. page 30. Quoique cette 
figure soit reputée pour une des meilleures qu’il y ait de l’hippopotame, 
elle me paroît très-défectueuse ; la copie qui en a été faite dans notre 
planche III.e n’étant pas l’objet principal de cette planche, et ne pouvant 
être vue que dans le lointain à cause de la présence du fœtus sur l’avant 
de la planche, ses défauts sont moins apparens et n’empêchent pas qu’elle 
ne puisse contribuer avec le fœtus à donner quelque idée de l’hippopotame 
adulte.
b Le Baobab croît sur les bords du Sénégal, c’est un des 
plus grands arbres qu’il y ait au monde. M. Adanson de l’Académie royale 
des Sciences, a donné dans les Mémoires de cette Académie, année 1761, la 
description de cet arbre et la figure qu’il en a dessinée au Sénégal ; 
c’est cette figure qui est copiée dans notre planche III.e Quoiqu’elle ne 
soit vue que dans le lointain, on y distingue le port de Baobab, dont les 
branches sont fort longues en comparaison de la hauteur du tronc ; il y en a qui 
s’étendent horizontalement, et qui se recourbent jusqu’à terre, comme 
celles d’un pommier. Le baobab représenté par cette figure avoit soixante et 
douze pieds de hauteur, dont le tronc ne faisoit qu’une sixième partie, car 
il n’étoit haut que de douze pieds, mais il en avoit soixante et douze de 
tour ; la circonférence de la tête de l’arbre étoit de quatre cents 
trente-deux pieds.
 
|<      <      Page 50      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.