Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÈRE AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Onzième.
•• Un Zébu.
|<      <      Page 439      >      >|
Aller à la page
Un Zébu.
J’ai déjà fait mention de ce petit Bœuf à l’article du Buffle (page 299 et suivantes), mais comme il en est arrivé un à la Ménagerie du Roi, depuis l’impression de cet article, nous sommes en état d’en parler encore plus positivement et d’en donner ici la figure faite d’après nature, avec une description plus exacte que la première. J’ai aussi reconnu, en faisant de nouvelles recherches, que ce petit bœuf auquel j’ai donné le nom de Zébu, est vraisemblablement le même animal qui se nomme Lanta ou Dantb en Numidie, et dans quelques

a Lant bovem similitudine refert, minor tamen cruribus et cornibus 
elegantius ; colorem album gerit, unguibus nigerrimis ; tantæque velocitatis ut 
a reliquis animalibus præterquam ab equo barbarico superari nequeat. Facilius 
æstate capitur quod arenæ æstu cursus velocitate ungues dimoveantur quo 
dolore affectus cursum remittit, etc. Leonis Afric. Africæ, descript. vol. II, 
pag. 751.
b Le Dante que les Africains appellent Lampt, est de la 
forme d’un petit Bœuf, mais il a les jambes courtes..… Il a des cornes 
noires qui se courbent en rond et qui sont façonnées ; il a le poil 
blanchâtre et les ongles des pieds fort noirs et fendus ; du reste il est si 
vîte qu’aucun animal ne le peut atteindre, si ce n’est peut-être un barbe. 
On prend ces animaux plus aisément en été, parce qu’ils usent leurs ongles 
sur les sablons brûlans, à force de courir, et la douleur les arrête tout 
court comme elle fait les cerfs et les daims de ces déserts ; il y a quantité 
de ces Dantes dans les déserts de Numidie et de Lybie, particulièrement aux 
terres des Morabitains, et l’on fait de leurs peaux de belles rondaches dont 
les meilleures sont à l’épreuve des flèches : aussi sont-elles fort 
chères, et on les blanchit avec du lait aigre ; la chair de cet animal est 
très-bonne, et les Maures en emplissent des saloirs, elle a le goût de chair 
de bœuf, hormis qu’elle est un peu plus douce. L’Afrique de Marmol, tome 
I.er, page 52.
 
|<      <      Page 439      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.