Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•Leclerc, Comte de Buffon,  HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIÉRE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROI. Tome Dixième.
•• Le Sarigue ou l’Opossum.
|<      <      Page 279      >      >|
Aller à la page
Le Sarigue* ou l’Opossum.
Le Sarigue ou l’Opossum est un animal de l’Amérique qu’il est aisé de distinguer de tous les autres par deux caractères très-singuliers Le premier de ces caractères est que la femelle a sous le ventre une ample

* Le Sarigue, Çarigue ou Çarigueya, nom de cet animal sur les 
côtes du Bresil, et que nous avons adopté. Le ca de la langue Brasilienne se 
prononce sa en François et en Latin ; on peut citer pour exemples, Cagui, que 
nous prononçons Sagui ou Sagouin, parce que l’u se prononce aussi comme ou ; 
Tajacu, que de Léry et les autres Voyageurs françois prononçoient et 
écrivoient Tajaçou et Tajassou ; et Carigueya, que Pison, dont l’ouvrage est 
en latin, a écrit avec une cédille sous le C.
Çarigueya. Pison, Hist. Brasil. 
pag. 323.
Carigueya Taiibi. Marcgrave, Hist. nat. Bras. p. 222. Nota. Que la 
description de Pison a, pour ainsi dire, été copiée sur celle de Marcgrave, 
et que toutes deux sont tirées de Ximénès, auteur Espagnol, dont de Laët a 
traduit l’ouvrage en latin.
Jupatiima, dans l’intérieur des terres au 
Bresil. Pison, Hist. Brasil. pag. 323.
Tlaquatzin, au Mexique et à la 
Nouvelle-Espagne. Francise. Ximénès, Descript. Americæ.
Tlaquatzin. Hernand. 
Hist. Mex. pag. 330. Admiranda fera quam Indi vocant Tlaquatzin, Antonius 
Herrera Taquatzin dixit. Recentes Hispani scriptores, corrupto non nihil nomine, 
Tlaquacum. Cardanus Chiurcam sive Chuciam ; Stadenius Seruoi ; Nomenclator 
semi-Vulpam. Raphe Hamor, in descriptione Virginiæ, Opossumem dixit : alii 
Aucham, alii Sasapim, alii Cerigonem dixêre. Eus. Nieremberg. Hist. natural. 
peregrin. Antuerpiæ, 1635, pag. 156. Nota. Que la description que Nieremberg 
donne de cet animal a été copiée mot à mot de Hernandès, dont l’ouvrage a 
été imprimé en 1626 ; le livre de Nieremberg ne l’a été qu’en 1635 ; 
ainsi l’on ne peut douter que ce dernier Auteur ne soit le copiste du 
premier.
Cerigon, selon Maffée, Hist. des Indes, liv. II, pag. 46 ; et selon 
Barleus, Res gestæ in Brasiliâ, pag. 222. Le Cerigon, dit Maffée, est une 
bête admirable.……… de son ventre pendent deux besaces où il porte ses 
petits, chacun d’eux si fort attachés à son teton, qu’ils ne le quittent 
point jusqu’à ce qu’ils soient en état d’aller paître. Nota. Maffée 
indique ici une chose qui peut induire en erreur et faire croire que ce Cerigon, 
qui a deux besaces ou poches, seroit un animal différent du Sarigue, qui n’en 
a qu’une ; mais il faut observer, et nous l’avons vû nous-mêmes, que quand 
les glandes mammaires du Sarigue sont dans leur état de gonflement par le lait 
dont elles sont remplies, elles font un volume si considérable au dedans de la 
poche, qu’elles en tirent la peau par le milieu, et qu’elle paroît alors 
partagée en deux besaces, comme le dit Maffée, qui probablement avoit vû son 
Cerigon dans cet état. Voyez ci-après la description du Sarigue et les 
figures.
Sarigoy, de Léry, page 156. NOTA. Ce n’est que par la ressemblance 
du nom qu’on peut juger que le Sarigoy de Léry est le même animal que le 
Çarigueya, car cet Auteur ne fait aucune mention de la poche que la femelle a 
sous le ventre ; il dit seulement « que l’animal appelé Sarigoy par les 
Sauvages du Bresil, est de poil grisâtre ; que parce qu’il put, eux n’en 
mangent pas volontiers ; toutefois, ajoûte-t-il, nous autres en ayant écorché 
quelques-uns, et connu que c’étoit seulement la graisse qu’ils ont sur les 
rognons qui leur rend cette mauvaise odeur, après leur avoir ôtée, nous ne 
laissions pas d’en manger, et de fait, la chair en est tendre et bonne. » 
Histoire d’un voyage fait en a terre du Bresil, par Jean de Léry. Paris, 
1578, page 156. C’est-là tout ce qu’on trouve dans de Léry au sujet du 
Sarigoi : c’est donc par la ressemblance seule du nom qu’on a jugé que 
c’étoit le même animal que le Çarigueya du Bresil.
Seruoi ou Serwoi. 
Stadenius. Hist. Brasil. pag. 129.
Chiurca et Chucia, selon Oviedo et Cardan. De 
subtilitate, lib. X, oper. tom. III, pag. 531.
Apossumes, selon Raph. Hamor, 
dans sa description de la Virginie.
Opassum, de Laët, Hist. du nouveau monde, 
page 88.
Tlaquatzin, suivant le même de Laët, page 143, où il en donne une 
description encore tirée de Ximenès.
Carague, selon le même de Laët, page 
485.
Maritacaca, Pison ; Carigoy, Lerii ; Ropoza, Lusitanis ; Carigueya, 
Brasiliensibus ; Jupatiima nonnullis, Margrave ; Tlaquatzin, Hernandès ; Lerio, 
Sarigoy ; semi-Vulpa, Gesnero ; the Possum, Ray, Synops. quadrup. pag. 182 et 
183. Nota. Qu’il y a erreur dans cette première phrase indicative, citée par 
Ray, puisque le Maritacaca n’est pas le même animal que le Carigueya, et que 
ce sont en effet deux animaux différens, comme il est aisé de s’en assurer 
en lisant seulement les articles de Pison où il en est question, pages 323 et 
324.
Carigueya seu Marsupiale Americanum ; or, the Anathomy of an Opossum, by 
Edward Tyson. London, 1698. — Idem. Philosophical Transactions. April 1698. 
N.º 239. Nota. Tyson n’a donné que la description de la femelle, et Cowper a 
donné ensuite la description du mâle. Will. Cowper, Marsupiale Americanum mas. 
Philosophic. Transact. Mars 1704. N.º 290.
Opossum, Catesby. Hist. de la Carol. 
append. pag. 29.
Ossa au Mississipi. Voyages de la Hontan. La Haye, 1706, tome 
II, page 44.
Opossum ou Possum. Histoire de la Virginie, traduite de 
l’Anglois. Orléans, 1707, page 214.
Opassum. Histoire naturelle des Antilles. 
Rotterdam, 1658, pages 121 et 122.
Manitou. Hist. gén. des Antilles, par le P. 
du Tertre. Paris, 1667, tome II, page 301.
Faras ou Ravale. Hist. nat. de 
l’Orénoque, par Gumilla. Avignon, 1758, tome III, page 238. « La femelle du 
Faras, dit Gumilla, a la peau de l’estomac double, et celle de dehors est 
fendue par le milieu d’un bout à l’autre, de sorte qu’elle a de chaque 
côté une poche dans laquelle elle élève et tient ses quatre petits 
jusqu’à ce qu’ils soient en état de marcher et de chercher leur nourriture 
». Nota. Ce que dit ici Gumilla de son Faras, s’accorde avec ce que dit 
Maffée de son Cerigon, et on doit l’entendre de même, comme nous l’avons 
expliqué.
Rat sauvage. Mémoires sur la Louisiane, par Dumont, page 83.
Rat de 
bois. Hist. de la Nouvelle-France, par le P. Charlevoix. Paris, 1744, tome III, 
page 333.
Rat de bois. Hist. de la Louisiane, par M. le Page du Pratz. Paris, 
1758, tome II, page 94.
Simi-Vulpa. Gesner. Hist. quadruped. pag. 870. — Icon. 
quadruped. pag. 90.
Semi Vulpa. Aldrovand. de quadrup. dig. vivip. pag. 
223.
Vulpes major, putoria, caudâ tereti et glabrâ. Carigueya, Brasiliensibus. 
Margrav. Opassum. Histoire naturelle des Antilles. Aouaré, Puant, Barrère. 
Hist. Franc. equinox. pag. 166. Nota. Nous n’avons pas adopté cette 
dénomination, Puant, que M. Barrère donne au Sarigue, parce que ce n’est 
qu’une qualification, qui d’ailleurs convient beaucoup mieux à 
l’Ysquiepatl ou Moussette, que la pluspart des Voyageurs ont indiquée sous le 
nom de Puant.
Philander, Opassum, seu Carigueya Brasiliensis. Seba, vol. I, pag. 
56, Tab. 36. Mas, fig. 1 ; fœmina, fig. 2 ; pullus, fig. 3. — Philander 
orientalis. Seba, vol. I, pag. 61, Tab. 38. fig. 1. — Philander maximus 
orientalis. Seba, vol. I, pag. 64, Tab. 39. NOTA. Que ces trois phrases 
indicatives, par lesquelles Seba désigne trois animaux différens, doivent se 
rapporter au même animal, comme nous le prouverons dans le texte.
Didelphis. 
Linn. Syst. nat. edit. IV, pag. 64. — Didelphis mammis intra abdomen, edit. 
VI, pag. 10. — Marsupialis Didelphis mammis octo intra abdomen, edit. X, pag. 
54. — Opossum. Didelphis caudâ semipilosâ, superciliorum regione pallidiore, 
mammis binis. Linn. Syst. nat. edit. X, pag. 55. Nota. Que ces deux phrases 
indicatives, par lesquelles M. Linnæus désigne deux espèces différentes, 
doivent cependant se rapporter à la même, comme nous le prouverons dans le 
texte.
Philander saturate spadiceus in dorso, in ventre flavus, maculis supra 
oculos flavis.… Philander, le Philandre. Brisson. Regn. animal. pag. 286. — 
Philander saturatè fuscus in dorso, in ventre flavus, maculis supra oculos 
flavis.… Philander orientalis, le Philandre oriental. Brisson. Regn. animal. 
pag. 288. — Philander atro spadiceus in dorso, in ventre ex albido cinereo 
flavicans, maculis supra oculos obscurè fuscis.… Philander Amboinensis, le 
Philandre d’Amboine. Brisson. Regn. animal. pag. 289. Nota. Que ces trois 
phrases, par lesquelles M. Brisson désigne, d’après Seba, trois espèces 
différentes, n’indiquent cependant que le même animal.
 
|<      <      Page 279      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.