Buffon @ web  [Accueil]
Moteur de recherche portant sur le texte
•,  Philibert Gueneau de Montbeillard (1720-1785
•• Philibert Gueneau de Montbeillard (1720-1785)
Page 39      >      >|
Aller à la page
Biographie universelle et ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs vertus ou leurs crimes. Nouvelle édition, Publiée sous la direction de M. Michaud ; Revue, corrigée et considérablement augmentée d’articles omis ou nouveaux ; ouvrage rédigé par une société de gens de lettres et de savants. Tome Dix-huitième.
GUENEAU DE MONTBEILLARD (PHILIBERT) naquit en 1720 à Semur en Auxois. Après avoir passé une partie de sa jeunesse à Dijon et à Paris, il revint se fixer dans sa patrie. Il s’annonça dans la république des lettres en se chargeant de continuer la Collection académique de Dijon, commencée par Berryat, recueil qui contient un choix de tout ce qu’il y a de plus intéressant dans les mémoires des différentes académies de l’Europe ; mais, n’étant pas secondé par les coopérateurs qu’exigeait une si vaste entreprise, il fut obligé de l’abandonner. Ce ne fut pas néanmoins sans y laisser une preuve de son talent : à la tête du troisième volume (le premier de la partie étrangère), on trouve un discours rempli de vues sages et profondes ; l’élégance et la clarté du style y rehaussent des idées philosophiques que Bacon lui-même n’eût pas désavouées. Buffon, pressé d’expliquer son génie à l’histoire des minéraux, proposa à Montbeillard, dont il était l’ami, de s’occuper de la description des oiseaux : celui-ci accepta la proposition ; mais il laissa paraître les premiers articles sous le nom de l’illustre écrivain qui l’associait à son travail. Le plus grand nombre des lecteurs ne s’aperçut point qu’ils partaient d’une main étrangère ; mais Buffon nomma au public son collaborateur dans la préface du tome 5 de l’Histoire des oiseaux, et parla de lui en ces termes : l’homme du monde dont la façon de voir, de juger et d’écrire, a le plus de rapport avec la mienne ; c’est ce que justifie l’histoire du paon, du coq, du rossignol et surtout de l’hirondelle. Cependant il est vrai de dire que le style de Montbeillard n’a point la pompe, la majesté de celui de Buffon, et qu’il n’est pas toujours exempt de recherche et de mauvais goût. Cet écrivain était d’ailleurs faible comme natura-
Page 39      >      >|
Aller à la page
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre - Paris X)
Réalisation : plateforme technologique du CRHST-CNRS (ICEberg-db v.3.0.1/S. Pouyllau) ; Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.